Créatures Exotiques #1

Peintures d’odalisques au bain, Mauresque alanguie ou contes des Mille et Une nuits en technicolor… 

Ma fascination pour ces clichés exotiques, séduisants et racoleurs est à l’origine des images que je fabrique aujourd’hui. Mélangeant cultures et genres à l’envi, je réinterprète avec le vocabulaire de mon quotidien les représentations de l’Autre qui persistent dans l’imaginaire collectif. Figurer cet

Autre « sensuel et sauvage » qui nous fascine c’est avant tout parler de soi et de la société dont l’on est issu.

Au même titre que la publicité ou les cartes postales, je fabrique des images de « rêve » mais mes créatures exotiques imposent un univers décalé, une hybridation entre merveilleux et banalité. Les corps, omniprésents, ne sont pas habitués à poser devant l’objectif. Leur maladresse participe à l’imperfection générale qui émane de mes photographies et révèle les ficelles de mon image.

Le Studiomobile au Marché de Cayenne

Le marché de Cayenne est pour moi le coeur de la ville, un concentré des identités guyanaises d’aujourd’hui. Je suis comme fascinée par les personnes, pour ne pas dire les personnages qui font ce marché, ceux qui vendent, ceux qui font des ti job, ceux qui achètent ou passent juste manger une soupe en sortant de boîte de nuit. En tant que costumière la façon dont ces gens se vêtissent m’intéresse beaucoup par ce qu’elle raconte.

Quentin Chantrel, vidéaste, partage avec moi cette passion pour « les personnages de la vie ordinaire ». Ce projet d’un studio photo installé quelques jours au marché de Cayenne s’est donc rapidement imposé.

Si ces photographies ont, dans un premier temps, une vocation de mise en valeur des acteurs du marché, ils constitueront surtout une archive quant aux manières de se vêtir, de se coiffer aujourd’hui en Guyane selon son métier, son milieu social, son origine culturelle… Un témoignage du métissage dont cette contrée d’Amérique du Sud est faite.